•  
  •  

Thèmes 1

Vous trouvez ici différents thèmes et idées, que j'aimerais partager avec vous.
Vous pouvez si vous le souhaitez m'envoyer une remarque ou une question sur le formulaire ci-dessous.
Merci beaucoup.

Le Bonheur

Thème : Le Bonheur

Est-ce que je suis heureux ? Qu'est-ce que le Bonheur ? Comment se sent-on quand on est heureux ?

Le Larousse donne l'explication suivante :
Bonne chance, cirsconstance favorable.
Etat de complète satisfaction.
Joie, plaisir liés à une circonstance

Quand on achète quelque chose de nouveau, on éprouve une certaine joie qui s'atténue plus ou moins vite.
La 2ième explication est très intéressante parce qu'elle parle d'"état de complète satisfaction".

Est-ce que le Bonheur ne serait peut-être pas si éloigné de moi ? Dois-je le chercher en moi ? Que peut-on faire pour le trouver, pour ressentir cet état ?

Si vous aimez la Nature, vous avez sûrement déjà ressenti quelque chose quand vous voyez un beau paysage. A ce moment vous avez ressenti le Bonheur.
Si vous avez plusieurs moments de ce type par jour quand vous vous adonnez à vos tâches journalières, vous êtes heureux.

Mais ce n'est pas aussi facile. Nous avons souvent des pensées négatives et nous ne le remarquons même pas. Nous pensons et parlons beaucoup négativement; le plus souvent cela concerne les autres. Ceci vous éloigne du Bonheur. Nous pouvons reprogrammer un ordinateur quand il ne fait pas ce que l'on veut. Qu'en est-il des hommes ? Peut-on se changer ? Est-il possible de mettre le programme "Bonheur" en action ?
Il existe effectivement diverses méthodes pour changer ses propres programmes internes. Cela demande un travail sur soi. Mais il est impérativement nécessaire que la personne le veuille.

Quand on éprouve de la Joie dans ce que l'on fait tous les jours, quand on respecte les autres, les animaux et la Nature; quand on donne et reçoit de l'Amour, on se rapproche déjà beaucoup du Bonheur.

Le Bonheur est entre vos mains. Semez le maintenant afin que vous puissiez vivre votre vie comme vous le voulez.

La maladie

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous êtes malade ?
En médecine, on pourrait répondre : parce que vous avez attrapé un virus ou des bactéries ou alors vous avez un système immunitaire faible. Cette réponse ne me suffit pas et amène d'autres questions.
Pourquoi justement moi ?

Commençons d'abord par voir si vous pouvez vous guérir vous-même.
Quand un nouveau médicament est testé avant d'être vendu, on utilise des placebos.
Deux groupes de personnes sont testés. Le premier reçoit effectivement le médicament alors que le deuxième groupe reçoit un placebo, c'est-à-dire une substance totalement neutre (éventuellement même du sucre). Evidemment personne ne sait dans quel groupe il est.
Uniquement quand un certain pourcentage de réussite est atteint dans le premier groupe, le médicament peut être mis sur le marché.
Ce qui est intéressant, c'est de voir que certaines personnes du deuxième groupe sont également guéries (alors qu'ils n'ont pas reçu de médicament).
Pourquoi ?
Le fait de croire avoir pris un médicament efficace a suffi à les guérir.
Les pensées, la croyance peuvent donc guérir.

Observons maintenant l'origine des maladies.
Il existe les maladies psychosomatiques. Comme le mot l'indique, il s'agit d'un mal corporel d'origine psychique. Un exemple est le stress, qui peut ensuite amener des troubles plus importants par la suite. Ceci arrive de plus en plus fréquemment de nos jours.
Ceci montre déjà que des maladies peuvent être créées par notre comportement.
Les émotions également montrent à quel point le corps peut réagir (colère, joie,...).
Pourquoi est-ce que le corps ne devrait pas réagir avec des problèmes importants comme des problèmes d'argent par exemple ?
Certains auteurs sont aujourd'hui même capables de dire quels troubles psychiques se trouvent derrière quelles maladies. Je ne parle pas ici de personnes dérangées psychiquement mais de chacun de nous. Car chacun de nous a des soucis avec l'argent, l'amour ou les autres.
Quand le thème est reconnu, on a trouvé l'origine du trouble corporel qui peut enfin être guéri; et ceci sans substance étrangère.
Est-ce aussi facile ? Oui et non.
Cela dépend de différents paramètres si quelqu'un peut être guéri et à quelle vitesse.

Mais en principe chacun peut être guéri ou plutôt, chacun peut se guérir soi-même. Le potentiel dans chacun de nous est énorme. Il n'est pas toujours visible et attend que nous le réveillons.

L'argent

Vous-êtes vous déjà demandé pourquoi certaines personnes avaient beaucoup d'argent et d'autres presque rien ?
N'est-ce pas injuste ?
Quand on n'a pas beaucoup d'argent et que l'on hait les gens qui en ont beaucoup justement à cause de leur richesse, on n'atteint rien. Au contraire on utilise son temps et son énergie pour penser et parler négativement des autres. Cela revient presque à se donner soi-même du poison.

Pourquoi ne pas essayer de voir les choses différemment ?

La personne riche a sûrement fait quelque chose de correct dans sa vie sinon elle serait pauvre. Si on observe comment cette personne a obtenu son argent et comment elle l'a fait prospérer, on y apprend certainement quelque chose.
Si on envoie de bonnes pensées (aussi) aux personnes riches (bien qu'elles aient sûrement déjà tout ou presque !), on a déjà fait le premier pas vers la richesse.
Et c'est là le point crucial.
Un point de vue positif vis-à-vis de l'argent.
Cela ne suffit évidemment pas toujours car certains blocages ou programmes internes peuvent empêcher d'arriver au but. 

L'homme a essentiellement dans son enfance accumulé de nombreux programmes dans son cerveau. Ceux-ci se trouvent dans le subconscient et ont été créés suite à des évènements avec des émotions fortes.

Un exemple :
un homme travaille comme un forcené et gagne juste assez d'argent pour payer les factures. Il peste souvent contre ce "maudit" argent qui manque toujours.
Son fils entend et voit tout ceci qui avec le temps s'imprègne littéralement dans son cerveau. Et comme cela vient en plus de son père, l'information ne peut être que la vérité.
Le programme est donc maintenant mis en place et s'appelle :
"l'argent est maudit et va toujours manquer".
Il sera également présent à l'âge adulte et va définir comment ce fils va gérer son argent. Même s'il gagnera plus tard beaucoup plus que son père, il en dépensera encore plus parce que "l'argent va toujours manquer".
Voyons maintenant son frère qui a vécu les mêmes évènements. Il est tout à fait possible qu'il réagisse totalement différemment. Il est plutôt révolté par tout ceci et décide que dans sa vie il ne voudra pas vivre la même chose que son père et crée un autre programme. Il aura probablement dans son futur de l'argent.
Chacun crée ses propres programmes.

Un programme peut être changé quand on le veut. Il existe plusieurs méthodes comme par exemple la programmation neuro-linguistique.
Mais il faut d'abord le reconnaître et ceci peut se faire en s'observant soi-même. Quand on remarque qu'une chose désagréable arrive souvent, il est fort probable qu'un programme se cache là-derrière.

Un point de vue positif et peut-être une petite correction de programme et la porte est ouverte pour une nouvelle vie.

La relation

Par commodité j'utilise le mot partenaire au masculin mais il est également valable au féminin.

Combien de films et de livres en ont déjà parlé ? Et pourtant il y a toujours des conflits entre les personnes.
Une relation n'est pas toujours  facile, comme l'indique la citation de Georges Feydeau ci-dessous :
« Le mariage est l'art difficile, pour deux personnes, de vivre ensemble aussi heureuses qu'elles auraient vécues seules, chacune de leur côté. »

Ceci n'est pas vraiment positif mais montre bien à quel point vivre à deux peut être difficile.
Quand on est seul, on peut prendre ses décisions soi-même et faire ce que l'on veut. A deux il est nécessaire de faire des compromis.
Et pourtant malgré cela, chacun (ou presque) cherche son partenaire.
L'Amour est beau. On se sent tellement bien. On croit que l'on n'a besoin de rien d'autre que le partenaire ("vivre d'Amour et d'eau fraîche").
Certaines mauvaises langues vont dire : ceci est vrai les premières années, quand on est amoureux mais qu'en est-il après 10 ou 20 ans ?
Il est vrai que grâce à l'hormone de Bonheur les amoureux sont presque aveugles la première année. Ceci s'estompe de plus en plus avec le temps et les petits défauts de l'autre deviennent de plus en plus visibles. C'est à ce moment-là qu'un couple voit si les deux moitiés arrivent à vivre ensemble. Car c'est maintenant que les compromis entrent en action.

Il y a plusieurs points importants dans une relation :

1) Le partenaire ne m'appartient pas
On parle souvent de "mon" mari ou de "ma" femme. Ceci n'a évidemment rien à voir avec une "propriété", mais ceci montre que les deux personnes sont ensembles. Mais chacun a besoin de respirer, d'avoir un espace personnel, d'avoir sa propre liberté. Jusqu'où peut aller cette liberté peut être discuté et décidé dans le couple.
On aime son partenaire et on veut son bonheur.
Cela peut vouloir dire par exemple qu'on laisse partir son partenaire si on voit qu'il sera plus heureux ainsi.

2) Respecter son partenaire comme il est
On a une image de l'homme parfait ou de la femme parfaite et on aimerait que le partenaire se rapproche le plus possible de cette image.
Ceci veut dire que l'on aimerait modeler l'autre, on aimerait le changer.
Un point très important : IL N'EST PAS POSSIBLE DE CHANGER UNE PERSONNE.
Il est sûrement possible de l'influencer, de lui donner des conseils, de la manipuler. Mais seule la personne elle-même peut décider d'un changement la concernant.
Ceci est une source fréquente de conflits.
Chacun a son caractère, sa façon de vivre, de voir les choses et si quelque chose ne convient pas à l'autre, il est possible d'en parler et de chercher ensemble un moyen pour améliorer la situation.
Parler est de toute façon très important dans un couple.
Chacun peut et doit montrer à l'autre où sont ses frontières. On sait donc jusqu'où il est possible d'aller sans énerver l'autre.

Vous l'avez peut-être également remarqué. Beaucoup de couples ont des caractères ou des points de caractères totalement opposés. Et c'est une des raisons pourquoi la relation peut être un petit défi.
Et il y a une bonne raison à cela, comme l'ont montré certains scientifiques.
Ils ont fait un drôle de test (c'étaient, je crois, des Anglais).
Ils ont demandé à un certain nombre de femmes de porter un T-Shirt pendant toute une semaine, jour et nuit. Ils voulaient que le vêtement s'imprègne bien de l'odeur de la femme.
Ils ont ensuite donner les T-Shirts à des hommes et leur ont demandé de choisir l'odeur qu'ils préféraient.
Ils avaient donc ainsi former des couples uniquement à l'aide de l'odeur des vêtements.
Ils ont comparé les gènes de ce couples et ont remarqué que l'homme avait choisi la femme qui avait le plus de différence dans les gènes. Et ceci uniquement par l'intermédiaire de l'odeur.
La conclusion des scientifiques étaient que nous choisissons intuitivement les partenaires qui ont des gènes différents des nôtres afin de donner une plus grande diversité à la race humaine.
Tout ceci pour dire que les partenaires d'un couple ont souvent des caractères différents et que ceci est aussi intéressant d'un point de vue psychologique car ainsi chacun peut apprendre encore plus de l'autre.

3) Trouver le Bonheur tous les jours
Après plusieurs années de mariage, il est possible et même très probable qu'une certaine routine se soit mise en place. Ceci peut être néfaste pour certaines personnes et le couple risque de se diviser.
Pour éviter ceci, il est important de se dire que l'on vit aujourd'hui. Pas hier, ni demain, mais AUJOURD'HUI. Vous pouvez chaque jour trouver de la joie dans ce que vous faites. Et surtout joignez-y votre partenaire.
Des petits cadeaux, planifier et faire enfin votre voyage de rêve, passer plus de temps ensemble.
L'Amour et le Bonheur sont étroitement liés. Ils sont déjà là. Il faut peut-être juste un peu y travailler.

"Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction"

De Antoine de Saint-Exupéry

 

Le travail

En regardant les statistiques, on remarque que la plupart des gens (surtout en Suisse) sont satisfaits de leurs conditions de travail. Tout est parfait, il n'est donc pas nécessaire d'en parler.
Pourquoi y a-t-il alors de plus en plus de cas de Burnout ?

Tout aujourd'hui doit aller plus vite, doit être moins cher et meilleur.
Souvent au détriment de l'employé.
Le stress a atteint tous les étages de la hierarchie. On nous apprend à vivre avec. Il existe de nombreuses méthodes pour améliorer ou optimiser le déroulement du travail. Des séminaires sont organisés, où on nous démontre que la meilleure solution pour compenser le stress est de bien se reposer le week-end. Ainsi on arrive le lundi plein d'énergie au travail. On nous indique ce que l'on doit faire pendant notre temps libre, qui ainsi ne devient plus aussi libre. Dans certains cas les chefs imposent à leurs employés d'être tout le temps joignable ou même de travailler pendant le week-end.
Un déséquilibre entre stress et récupération peut se mettre en place.
Et ensuite vient le burnout.

Les questions essentielles pourraient être les suivantes :
- Est-ce que je travaille aujourd'hui comme je le désire ?
- Est-ce que je suis heureux au travail ?

Si la réponse est oui dans les 2 cas, tout est bon.
Sinon la prochaine question sera :
- Que puis-je faire pour améliorer ma situation ?
Beaucoup de gens répondraient ainsi : "Rien. Je dois travailler pour gagner de l'argent pour pouvoir payer mes factures."
Nous associons le travail avec l'argent. Il est évidemment nécessaire de faire quelque chose pour gagner de l'argent. Certains héritent, d'autres jouent au casino ou dévalise une banque mais la plupart travaille normalement 8 heures par jour ou plus. Il y a de nombreuses possibilités mais chacun choisit la sienne.
Ce que je veux dire et que nous avons le choix de décider si nous voulons changer quelque chose à notre situation actuelle afin d'être plus heureux ou non. La volonté est le premier pas.
Changer quelque chose ne signifie ps obligatoirement changer de poste de travail. Il est possible de dire "Non" au chef quand une fois de plus il veut vous donner du travail en plus. Souvent on accepte ce que le chef dit parce que l'on a peur de lui. Il pourrait nous empester la vie si on osait dire non. Il ne s'agit pas non plus d'aller dans l'autre extrême et d'être agressif envers lui mais de lui dire et montrer poliment où sont les limites qu'il ne doit pas dépasser.
Le respect est ici primordial, dans les deux sens évidemment. Je te respecte et tu me respectes. Et veuillez à ne pas vous oublier : je me respecte moi-même et suis fidèle à mes idées.
Il y pour moi en fait 3 chemins à suivre quand on doit prendre une décision suite à un changement de situation ou un conflit; 2 mauvais chemins et un bon :
1) on accepte la proposition de l'autre. Accepter veut dire ici entièrement et totalement être d'accord. Il n'y a plus de reste de pensées contradictoires dans la tête à ce sujet et il n'y a pas de sentiments négatifs.
2) on n'accepte pas et on fait quelque chose pour montrer son propre avis. Il est ici possible que ceci ne se passe pas tout à fait comme vous le désirez, surtout au début quand vous commencez à réagir différemment que dans le passé. Si vous donnez votre avis et que votre chef vous dit froidement "Ton avis ne m'intéresse pas. Nous faisons comme je l'ai dit.", vous avez toujours la possibilité d'aller à l'étage supérieur dans la hierarchie ou d'opter pour le chemin numéro 1 si le thème n'est en fin de compte pas vraiment important. De toute façon un dialogue sera nécessaire pour faire comprendre à votre chef qu'il existe des façons plus adéquates pour annoncer certaines informations. Vous le respectez, il vous respecte. Un dialogue direct est souvent la meilleure solution.
3) on n'accepte pas et on ne fait rien. Mais on repense tout le temps à cette injustice et on a des sentiments négatifs (colère, haine). On est de mauvaise humeur, uniquement parce que le thème n'est pas résolu pour vous.

Dans la plupart des cas, c'est le chemin numéro 3, le mauvais chemin qui est choisi, le chemin de l'insatisfaction.
Il est très important de comprendre que c'est moi qui choisit ma voie.
Ce n'est pas le chef qui est fautif à ma situation.
JE SUIS responsable de moi-même.
Je choisis si je veux être heureux (aussi au travail) ou si je veux rester dans des sentiments négatifs.
Il est évidemment plus facile de rendre quelqu'un responsable pour son mal-être. Mais cela n'amène rien d'autre que d'accentuer encore plus le mal-être qui pourrait même se développer en maladie.

Au départ il est intéressant de savoir ce que je veux vraiment faire. Quelle serait ma profession préférée ? Si je ne le sais pas, comment pourrais-je trouver un chemin ?
Ensuite JE choisis les actions nécessaires à la réalisation de mon objectif.
Très important : TOUT EST POSSIBLE.
Nous créons nous-même les limitations, les limites intérieures que nous rencontrons dans notre vie. Un obstacle sur notre chemin est souvent un signe qu'il faut amener une correction à notre façon de vivre.
Il faut certaines fois un peu de temps pour réaliser ses projets mais cela n'est pas important.
Car on sait qu'on est sur SON chemin et on se sent bien et heureux.
 

Penser autrement, vivre autrement

Vous connaissez peut-être la série TV "La petite maison dans la prairie".
Le père de famille Charles Ingalls avait construit fin du 19ième siècle une petite ferme aux Etats-Unis. Il était doué dans le travail avec le bois et avait même construit ses propres meubles. Parce qu'il ne gagnait pas assez d'argent avec sa ferme, il travaillait également dans une scierie.
Plus tard il était même obligé de déménager dans une ville. Il y fabriquait également des meubles en bois qui se vendaient tellement bien qu'il fut embauché pour instruire d'autres personnes à la fabrication de ses meubles.
La concurrence avait remarqué son succès et a vendu les mêmes meubles moins chers.
C'est pourquoi il ne pouvait plus vendre les siens et il fut licencié de son poste.

Ce petit exemple nous montre notre actuelle évolution.

Autrefois les gens travaillaient avec leurs mains. Ils faisaient beaucoup eux-mêmes (il n'y avait évidemment pas de centres commerciaux à l'époque).
La créativité était très importante.
Ensuite apparaissent les fabriques, les grandes sociétés et on demande aux personnes une certaine rentabilité parce que le profit est devenu le point le plus important.
On est de plus en plus dirigé vers une standardisation. Le créativité n'y a plus beaucoup de place. Tout doit aller plus vite, plus facilement et devenir moins cher. C'est pourquoi on optimise les processus et on économise partout où cela est possible.
Nous utilisons pour ces activités essentiellement la partie gauche de notre cerveau.
Le cerveau est divisé en 2 moitiés, la partie droite et la partie gauche.
La partie gauche est utilisée pour la rationalité, la logique; et la partie droite pour la créativité, la sensibilité.
Ceci veut dire que nous utilisons très peu la partie droite (sauf pour les artistes qui en contrepartie délaissent la partie gauche).
Que se passerait-il si nous pouvions utiliser la totalité de notre cerveau ? Quelles seraient nos capacités ?
Notre société scientifique et industrielle a amené cette évolution au fur et à mesure des siècles.
Mais sommes-nous pour autant heureux ?
Beaucoup de gens sentent que quelque chose ne fonctionne pas correctement dans notre société. Mais quoi ?
Certains pourraient dire :
- "Il faut changer le gouvernement. Ils sont la cause de notre malheur. C'est pourquoi nous n'avons pas assez d'argent."
D'autres prétendent :
- "Les gens sont fous. Personne ne fait attention à l'autre. Chacun est devenu égoiste et ne pense qu'à lui-même."
D'autres encore :
- "Les gens qui ont le pouvoir, les banquiers, les politiciens veulent nous transformer en esclaves modernes. Ils nous observent. Ils savent tout de nous. Ils veulent nous dominer, nous manipuler."

Qu'est ce qui est vrai ou faux ?
Chacun peut décider pour lui-même.
Mais ne peut-on rien faire pour améliorer sa situation ou aider le monde ?
Si : en premier il est nécessaire de vouloir changer quelque chose et ensuite on commence par soi-même.

Quand on a un projet, on commence par y penser, rassembler des idées et ensuite on parle avec d'autres personnes pour définir le déroulement de la réalisation.
Penser, parler, agir. C'est dans cet ordre que tout se réalise. Dans certains cas la parole n'intervient pas par exemple quand une personne réalise un projet tout seul. Mais au début est la pensée; les mots, le verbe, les phrases nous amènent ensuite à la réalisation.
Si nous voulons changer quelque chose, nous commençons par la pensée. On peut par exemple travailler sur soi pour améliorer un trait de son caractère. Et en changeant quelque chose sur sa personne, on agit sur toute la société. Ne dit-on pas qu'un simple battement d'ailes d'un papillon pourrait déclencher une tornade à l'autre bout du monde ?
Une petite action peut avoir de grandes conséquences.

Un exemple :
Un homme lit dans le journal le matin que les impôts vont augmenter et comme ceci est un point sensible pour lui, il s'énerve beaucoup. Il arrive au bureau avec sa mauvaise humeur et parle avec une certaine agressivité avec ses collègues. Ceux-ci lui répondent évidemment sur le même ton. Le soir en rentrant chez lui il raconte à sa femme comme ses collègues étaient agressifs.

Cet homme a répandu avec sa mauvaise humeur son agressivité.
Nous sommes liés aux autres. Nous leur donnons beaucoup et nous recevons également beaucoup d'eux. C'est un éternel échange.

Si je change donc au départ mes pensées, je m'influence moi-même mais également les collègues, les gens, la société.

Le film "Un monde meilleur" raconte, comment un maître d'école donne un devoir à ses élèves. Chacun doit trouver une solution pour rendre le monde meilleur. Un élève a une idée très simple : chacun aide 3 personnes et demande à ces 3 personnes d'aider à leurs tours 3 autres personnes.
Ceci déclenche une réaction en chaîne et les gens s'entraident de plus en plus.
C'est une simple idée au départ qui a des conséquences formidables.
Avez-vous déjà aidé quelqu'un aujourd'hui ?

Nous pouvons faire quelque chose, même si cela nous paraît insignifiant. On peut commencer par soi-même, avec ses pensées.
Observez-vous. A quoi est-ce que je pense ? Quels mots sortent de ma bouche ? Quelles sont les choses que j'accomplis dans la journée ?
Que voudrais-je changer dans ma vie ?
Si je me sens bien, le monde autour de moi va également mieux.
Cela semble peut-être égoiste et prétentieux mais cela n'est pas le cas car je ne veux pas nuire aux autres, bien au contraire.
Comment pourrais-je aider le monde si je vais mal ?

Si chacun trouve son propre bonheur, le monde ne peut plus aller mal. Et ce bonheur, son bonheur ne se trouve nulle part ailleurs qu'en soi-même. Le bonheur n'est pas dépendant des éléments extérieurs. Je ne suis pas heureux parce j'ai beaucoup d'argent sinon tous les riches seraient heureux et ce n'est sûrement pas le cas.
Je suis heureux parce que je ne laisse plus de place aux pensées négatives. Je me réjouis d'une fleur. J'ai plaisir à voir comment le voisin va bien. Je me sens bien quand je sais que j'ai fait de bonnes choses aujourd'hui.
Alors je suis heureux et le bonheur attire également d'autres bonnes choses à soi. Car on attire ce qu'on est.
Si nous arrivons à transmettre le Bien et non toutes ces informations négatives, nous aurons fait un grand pas.

Et voici encore quelques pensées :
1) Je suis responsable de moi-même.
J'influence à travers mes pensées ma santé, mon travail, ma vie.
2) J'active les 2 parties de mon cerveau pour développer tout mon potentiel.
3) Le Bonheur est en moi.
Je lui donne de la bonne terre et des engrais (les bonnes pensées et actions) afin qu'il puisse apparaître.
4) J'aide les autres.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et Google Politique de confidentialité et Terms of Service s'appliquent.